La révolution culturelle à la mode de Xi Jinping

l'idée de ce forum m'a été inspirée par l'action d'Ai Weiwei concernant les disparus du Sichuan, je vous propose d'y donner le nom de chacun des dissidents emprisonnés, disparus ou libérés dont vous aurez des nouvelles

La révolution culturelle à la mode de Xi Jinping

Messagepar laoshi » 08 Jan 2017, 18:18

On apprend sur les réseaux sociaux qu'un professeur du Shandong, Deng Xiangshao, a été vivement contesté et traité d'"ennemi du peuple" pour avoir critiqué Mao. Décidément, Xi JInping a de faux-airs de Mao même si, à la différence de celui-ci, il ne souhaite pas le chaos, mais bien l'ordre le plus répressif, pour se maintenir au pouvoir !
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Re: La révolution culturelle à la mode de Xi Jinping

Messagepar laoshi » 10 Jan 2017, 15:35

J’en sais plus aujourd’hui sur cet événement grâce au South China Morning Post : le professeur Deng Xiangchao, qui enseigne la communication à l’Université de Jangzhu, dans le Shandong, a relayé sur son compte un message humoristique le 25 décembre, à la veille de l’anniversaire de la naissance de Mao. Sans le nommer explicitement, il comparait le « grand Timonier » à un empereur : « devenir empereur, disait le message, demande quelque habileté, il vous faudra délaisser la robe jaune impériale pour un costume rapiécé, le sacre pour la célébration de la naissance d’un nouvel Etat et convertir les concubines en soldates de charme. Il vous faudra aussi rebaptiser les dirigeants héréditaires « camarades révolutionnaires » et les édits impériaux « directives suprêmes ». Tout cela sans le dire, évidemment ! »

Mais il a sans doute brisé un tabou plus puissant encore en révélant que Mao avait provoqué une famine dont furent victimes 30 millions de Chinois (en réalité entre 36 et 45 millions pendant le Grand Bond en avant) et en affirmant que le nombre des morts directement liés à la Révolution culturelle s'élevait à 2 millions !

Malgré les restrictions habituellement mises au droit de manifester, les sectateurs de Mao, qui attachent une grande importance à cet anniversaire, se sont rassemblés par dizaines, furieux, devant l’Université où enseigne Deng Xiangchao au cri d’ « à bas le traître ! » tandis que quelques universitaires (professeurs et/ou étudiants) tentaient de prendre sa défense en invoquant la liberté d’expression (dont je rappelle qu’elle est reconnue par la Constitution chinoise !)

Dès le lendemain, le professeur, qui devait prendre sa retraite dans moins d’un an, était limogé et empêché d’assurer ses cours après que l’Université l’eut accusé de poster régulièrement des « messages nocifs » sur les réseaux sociaux. Membre du comité permanent de l’assemblée consultative régionale, il a également été révoqué de ses fonctions.
Mais l’affaire ne s’arrête pas là : Liu Yong, producteur d’une émission de la chaîne télévisée de Luohe, dans le Henan, vient d’être limogé à son tour pour avoir tenté de défendre le professeur Deng Xiangchao à l’antenne ! Le directeur de la chaîne indique sur les réseaux sociaux qu’il est suspendu pour avoir « tenu des propos nocifs qui violent la discipline du Parti et la morale » ! Liu Yong a présenté des excuses en ligne lundi pour avoir « heurté la sensibilité du public » mais la sanction n’a pas été retirée pour autant. Il avait posté plusieurs messages critiquant le Parti et pris parti pour le professeur Deng samedi.

Tandis qu’une publication officielle affirme que la Chine a besoin d’un leader charismatique de la trempe de Mao et que Xi Jinping conviendrait parfaitement pour ce rôle, les deux trublions n’ont sans doute pas mesuré les risques qu’ils prenaient….
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Re: La révolution culturelle à la mode de Xi Jinping

Messagepar laoshi » 11 Jan 2017, 08:58

J'en apprends encore un peu plus dans un article du Wall Street Journal

Selon le Wall Street Journal, Deng Xiangchao, sur son compte Weibo, a écrit:

S'il était mort en 1945, il y aurait eu 6 millions de morts de moins en Chine pendant la guerre. S'il était mort en 1958, il y aurait 30 millions de Chinois en moins qui seraient morts de faim. Il n'est qu'après sa mort en 1976 qu'on a eu enfin de quoi manger à notre faim. La seule bonne chose qu'il ait faite, c'est de mourir.


Le compte Weibo du professeur, traité d'"ennemi du peuple" par les partisans de Mao, a été détruit ainsi que celui du journaliste qui avait relayé ses propos sur son propre compte Weibo.

Il était possible, il y a une dizaine d'années, de critiquer Mao jusque dans les instances du Parti, ce n'est plus le cas aujourd'hui. Le professeur Wang Changjiang, qui avait affirmé dans une vidéo devenue virale sur le web chinois cet été, que Mao n'avait pas su satisfaire les besoins alimentaires et vestimentaires des Chinois, a immédiatement été démis de ses fonctions de Directeur de Recherche à l'Ecole Centrale du Parti, officiellement il avait atteint la limite d'âge. L'année précédente, un animateur de télévision avait été suspendu pour s'être moqué de Mao dans un dîner privé dont la vidéo avait circulé en ligne...
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23


nouvelles cibles des maoïstes, économistes et sociologues

Messagepar laoshi » 26 Jan 2017, 10:37

17 sites internet viennent d'être fermés en Chine, entre autres celui de l'économiste libéral Mao Yushi.

Les prétextes invoqués par la branche pékinoise de l'Administration du Cyberespace sur son compte officiel Wechat : ces sites diffuseraient de l'information sans en avoir obtenu l'autorisation, "ils diffusent des contenus pornographiques, ne se sont pas enregistrés auprès d'un fournisseur de licences, ou ont fourni des données volonairement erronées lors du processus d'enregistrement"

Le compte de Mao Yushi, de l'institut des sciences économiques Tianze, unirule.org.cn, et les sites-amis china-review.com et ccppp.org, ont été fermés ainsi que le compte Weibo de Mao Yushi, "un économiste qui prend ouvertement fait et cause pour l'économie de marché", raporte le Global Times. Mao Yushi, ajoute-t-il, a "déclenché la controverse" en plaidant pour des "réformes drastiques" et en critiquant le mouvement maoïste.

La fermeture du compte de Mao Yushi, pour laquelle les autorités n'ont donné aucune raison officielle, intervient après qu'il a suscité une série de critiques en ligne contre les groupes gauchistes qui ont déclenché une série de manifestations pour dénoncer les intellectuels libéraux.

Le compte WeChat du sociologue pékinois Wang Jiangsong a lui aussi été fermé ces jours derniers : "Je pense que cela a quelque chose à voir avec les manifestations contre les intellectuels libéraux et contre tous ceux qui réclament la démocratie, a déclaré Wang. Je pense que tous ces groupes maoïstes travaillent de concert à l'échelle du pays tout entier. [Ils ont pris pour cibles des intellectuels] de Shijiazhuang, de Jinan et de Beijing, où Tianze et Mao Yushi figuraient depuis longtemps sur la liste noire des maoïstes", affirme-t-il. Selon eux, ce sont les têtes de liste des "traîtres au peuple chinois et à la Chine"!

Le défenseur des droits de l'homme Wu Bin affirme quant à lui que la Chine est entrée dans une ère "post-vérité" dans laquelle les faits disparaissent derrière la fiction : "Nous sommes dirigés par une dynastie qui inverse le noir et le blanc et qui condamne ceux qui disent la vérité, ajoute Wu Bin. En ligne, la sanction, c'est la fermeture du site, mais dans la vie réelle, c'est la prison. Seuls ceux qui chantent les louanges du régime peuvent échapper à la punition, ils sont même récompensés par le gouvernement."

Wu Zuolai, qui réside aux USA, pense que les autorités intensifent leurs attaques à l'encontre des intellectuels en instrumentalisant les maoïstes.

"Le premier pas consiste à faire disparaître leurs sites web, leurs recherches en prétentant qu'ils ne se sont pas correctement enregistrés", affirme-t-il, l'étape suivante, quoi qu'ils fassent pour remédier à ce problème d'enregistrement, c'est de leur chercher noise sur le terrain politique et non plus sur le terrain bureaucratique. Ils prennent les dissidents et les partisans de la démocratie un par un, dit-il. Cela faisait bien longtemps que Mao Yushi critiquait la Révolution Culturelle et Mao Zedong, alors ils s'unissent pour s'en prendre à lui. Ils prétendent que Mao Yushi et l'Institut Tianze sont financés par des "forces hostiles étrangères".

Rapporté par Wong Siu-san et Dai Weisen pour RFA en cantonais et par Yang Fan en mandarin. traduction anglaise de Luisetta Mudie.
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Re: La révolution culturelle à la mode de Xi Jinping

Messagepar laoshi » 07 Août 2017, 07:29

Encore un professeur limogé pour avoir critiqué Mao ! Shi Jieping, assistant de chinois classique à l'Ecole Normale Supérieure de Pékin, a été limogé le mois dernier, nous apprend l'agence Reuters : "voilà longtemps qu'il fait des commentaires erronés en ligne, ce qui a un impact négatif sur la société", affirme sa lettre de radiation.

Le professeur Shi Jieping avait osé traiter Mao de "démon" sur Weibo et conseillé à ses contemporains de mettre la culture chinoise de côté pour adhérer aux valeurs de l'Occident dans la droite ligne des critiques que formulait déjà Lu Xun au début du 20° siècle. Les autorités communistes ne craignent rien tant que la résurgence du mouvement démocratique qui avait conduit à l'occupation de la Place Tian'Anmen en 1989, elles sont bien décidées à museler toute critique universitaire du régime : déjà, en 2013, un économiste libéral avait été expulsé de l'Université de Pékin et les exemples ci-dessus montrent que la fin du contrôle de la parole académique n'est pas à l'ordre du jour.
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

tolérance zéro pour la liberté académique

Messagepar laoshi » 28 Sep 2017, 10:30

Tolérance zéro pour la liberté académique :
une synthèse particulièrement bien faite de toutes les atteintes récentes à la liberté universitaire et éditoriale en Chine et à l'extérieur de la Chine. Pékin étend désormais son pouvoir idéologique en Occident, réduisant au silence non seulement les défenseurs des droits de l'homme mais encore les historiens et les chercheurs coupables de pensée hétérodoxe. A lire absolument !
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23


Retour vers j'écris ton nom... LIBERTE

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron