Liu Xiaobo prix Nobel de la Paix : onze ans de prison

l'idée de ce forum m'a été inspirée par l'action d'Ai Weiwei concernant les disparus du Sichuan, je vous propose d'y donner le nom de chacun des dissidents emprisonnés, disparus ou libérés dont vous aurez des nouvelles

le combat pour Liu Xiaobo et Liu Xia au jour le jour

Messagepar laoshi » 23 Juil 2017, 18:03

Voici les mises-à-jour quotidiennes ou presque que j'ai faites à ma pétition à Anne Hidalgo ; vous y trouverez des nouvelles de Liu Xiaobo et de Liu Xia au jour le jour, ainsi qu'un article de presse le plus souvent en anglais...

Le 11 juillet : [color=#004080]Entre répression et propagande éhontée


Béatrice Desgranges a écrit:Entre répression et propagande éhontée

11 JUIL. 2017 — La Chine joue sur les deux tableaux, comme d'habitude ! à l'intérieur, une répression féroce et une propagande éhontée, à l'extérieur, la diplomatie du carnet de chèques et la diplomatie des pandas.
Après la visite de deux médecins étrangers (un américain et un allemand) à Liu Xiaobo, la Chine a diffusé un montage de la vidéo sélectionnant soigneusement leurs propos. Comme ils avaient la politesse de dire qu'en effet le traitement administré à Liu Xiaobo était judicieux vu les moyens dont dispose l'hôpital de Shenyang, tout en expliquant que d'autres traitements étaient possibles et pouvaient être mis en œuvre en Amérique et en Allemagne, les propagandistes du régime ont fait le ménage : ils ont gardé la première partie du message et coupé la deuxième ! Les seuls traitements dont bénéficie actuellement Liu Xiaobo sont des traitements palliatifs, il reçoit des sédatifs pour la douleur et est alimenté par perfusion, puisqu’il ne peut plus se nourrir. Empêcher Liu Xiaobo de quitter la Chine, c’est donc littéralement le condamner à mort ! L’Allemagne a protesté contre cette grossière manipulation.
Pour parfaire le mensonge d’Etat, les autorités font lourdement pression sur la famille pour qu'elle se dise pleinement satisfaite de la situation actuelle et refuse le transfert de Liu Xiaobo à l'Ouest. Le frère de Liu Xiaobo, Liu Xiaoguang, et sa femme, autorisés à lui rendre visite à Shenyang pour la première fois samedi dernier, restent sous étroite surveillance. Les six membres de la famille qui sont maintenant au chevet de Liu Xiaobo ne peuvent pas même donner de ses nouvelles au reste de la famille. Une ONG basée à Hong Kong a essayé de les joindre 1200 fois en utilisant des téléphones différents et en commençant à 5 heures du matin. Trois appels seulement ont abouti mais la conversation a été interrompue au bout de quelques secondes. Tout appel téléphonique au frère et à la belle-sœur de Liu Xiaobo est désormais automatiquement redirigé vers les services de sécurité : il donne lieu à un message enregistré de la police. Ils ajoutent que six autres membres de la famille de Liu Xiaobo ont demandé en vain le droit de lui rendre visite, alors que 5 d’entre eux pourraient rejoindre Shenyang en moins de deux heures.
« Nous savons que les autorités continuent à faire pression sur les proches de Liu Xiaobo à Shenyang pour qu’ils déclarent publiquement que le transfert est risqué et qu’ils le refusent mais ils ne se sont pas laissé intimider », affirment les responsables de cette ONG. Un membre de la famille remarque même que l’état de santé de Liu Xiaobo est bien meilleur que celui d’Otto Warmbier, qui a pu être transféré aux Etats-Unis depuis la Corée du Nord.
Par ailleurs, les activistes qui se sont rassemblés à Shenyang pour apporter leur soutien à Liu Xiaobo (si mes souvenirs sont bons, ils étaient 4000 mais je dois rechercher l’information) ont évidemment été immédiatement dispersés et certains ont été arrêtés. Situation kafkaïenne, l’hôpital qui publie pourtant le bulletin de santé officiel de Liu Xiaobo prétend toujours n’avoir aucun patient de ce nom dans ses murs !

How China buys the silence of the world's human rights critics South China Morning Post



Le 13 juillet Liu Xiaobo en état de "choc septique" ? on peut être sceptique !

Béatrice Desgranges a écrit:Liu Xiaobo en état de "choc septique" ? on peut être sceptique !

13 JUIL. 2017 — Selon les autorités chinoises, qui l’ont annoncé dans une déclaration officielle mercredi après-midi, la famille de Liu Xiaobo a reconnu par écrit la gravité de l’état de santé dans lequel il se trouve mais elle a refusé qu’il soit mis sous respiration artificielle.

Les médecins ont demandé l’autorisation de la famille pour une intubation endotrachéale mais elle a refusé, affirme l’hôpital, un peu plus tôt, l’état de Liu Xiaobo avait empiré et il avait dû être placé en réanimation. Selon l’hôpital, Liu Xiaobo reste en état de "choc septique et ses fonctions organiques continuent à de dégrader".

D’après la famille, qui reste sous étroite surveillance, son état de santé s’était au contraire amélioré dans la matinée, après la dialyse, et il restait conscient. Mais les proches de Liu Xiaobo ne peuvent s’exprimer librement et ses amis affirment qu’ils ont été contactés par la police ce mardi : "on nous a dit qu’il se serait pas autorisé à quitter la Chine et qu’il nous était interdit de nous rendre à Shenyang ou d’accepter des interviewes", déclare l’un d’eux sous couvert d’anonymat.

Il est très difficile de dire ce qu’il en est réellement car les bulletins de santé de l’hôpital font partie du dispositif de propagande destiné à justifier le refus des autorités de libérer Liu Xiaobo. Dans un éditorial au ton cinglant, le Global Times de mercredi qualifie d’"hypocrite" l’appel de l’Occident à transférer Liu Xiaobo à l’étranger. "En dépit de leur bruyante rhétorique, le raisonnement des forces de l’Ouest n’est pas convaincant. Ce dont elles se préoccupent n’est pas le traitement de Liu Xiaobo mais son transfert à l’étranger. C’est une farce politique". Le journal s’en prend aussi à l’ambassade d’Allemagne qui a critiqué la diffusion, lundi, d’une vidéo montrant deux médecins étrangers, dont un Allemand, au chevet de Liu Xiaobo sans en avoir reçu l'autorisation. Dans sa déclaration, de l’Ambassade allemande affirmait aussi que c’étaient les services de sécurité qui géraient le traitement du malade plutôt que les autorités médicales. Dans l’un de ces clips vidéos, le spécialiste allemand fait l’éloge des efforts entrepris par l’équipe médicale chinoise : "pourquoi la Chine devrait-elle s’en remettre aux Allemands pour soigner Liu, fustige l’éditorialiste, c’est une affaire purement intérieure".

Chinese dissident Liu Xiaobo very near to death, hospital says
South China Morning Post


le 14 juillet "Même réduit en poussière, je t'enlacerai de mes cendres..."

Béatrice Desgranges a écrit: "Même réduit en poussière, je t'enlacerai de mes cendres..."

14 JUIL. 2017 — "Même réduit en poussière, je t'enlacerai de mes cendres", écrivait Liu Xiaobo à sa femme, la poétesse Liu Xia.

Liu Xiaobo est mort hier, à la veille du 14 juillet, symbole des valeurs démocratiques pour lesquelles il a lutté avec un courage exemplaire, en évitant l'écueil de la violence et celui de la haine. Je ne crois pas que cela soit tout à fait un hasard.

Le verdict condamnant Liu Xiaobo à 11 ans de prison avait été annoncé un jour de Noël, camouflet voulu à l'Occident et, comme l'ont observé les médecins étrangers qui lui ont rendu visite samedi dernier, la gestion de son traitement relevait plus des forces de sécurité que des médecins ! Le calendrier de sa mort était bel et bien une affaire d'Etat. S'il était essentiel pour le régime qu'il reste en vie pendant le G20, qu'il meure en ce jour symbolique n'est sans doute pas pour déplaire à Xi Jinping. Voir la "Patrie des Droits de l'homme", qui a fait si peu pour Liu Xiaobo, "perdre la face" en ces circonstances, c'est pour le moins une aubaine pour le Parti communiste chinois et je n'exclus pas, personnellement, que le "choc septique" dont je vous parlais hier ait été plus ou moins induit sur ordre (et pourtant, je ne suis absolument pas une adepte de la théorie du complot) !

Si la France a été en dessous de tout pour Liu Xiaobo, elle ne peut pas abandonner Liu Xia, elle doit peser de tout son poids pour sa libération immédiate et inconditionnelle. Je rappelle que Liu Xia n'a jamais commis aucun délit, qu'elle n'a jamais été condamnée pour quoi que ce soit et qu'elle est purement et simplement persécutée par le régime du seul fait qu'elle est, au présent définitif, l'épouse d'un militant des Droits de l'homme !

Je vous invite donc à signer cette pétition d'Amnesty International :
https://www.amnesty.org/en/get-involved ... e-liu-xia/

Article associé : Chine: la censure étouffe l'hommage à Liu Xiaobo L'Express




le 15 juillet Après l'incinération de Liu Xiaobo on craint le pire pour Liu Xia

Béatrice Desgranges a écrit:Après l'incinération de Liu Xiaobo on craint le pire pour Liu Xia

15 JUIL. 2017 — Le corps de Liu Xiaobo a été incinéré au lendemain de sa mort, sans que soit respectée la période de deuil préalable à la cérémonie, nouvelle blessure infligée à ses proches et, en particulier, à sa femme, Liu Xia. Les autorités prétendent, il fallait s’y attendre, qu’elles ont respecté « les souhaits de la famille et les traditions régionales »… Mieux, elles affirment, photos de propagande à l’appui, que la cérémonie s’est déroulée « en présence des amis du défunt » alors qu’aucun d’eux n’a été autorisé à se rendre à Shenyang et que les services de sécurité ont intercepté tous ceux qui auraient pu être tentés de le faire. Suprême insulte à la famille, la présence de figurants à ses côtés et leurs prétendues « condoléances »…

Le porte-parole des autorités a déclaré que les cendres de Liu Xiaobo avaient été remises à Liu Xia et que celle-ci était « très déprimée ». Les photos diffusées dans la presse officielle montrent un cercueil entouré de pots de chrysanthèmes blanches ; au-dessus du cercueil, une banderole noire porte l’inscription « cérémonie d’adieu à Liu Xiaobo », en caractères blancs. Selon les autorités, le Requiem de Mozart accompagnait la cérémonie.

Les amis de Liu Xia sont très inquiets. Jared Genser, un avocat des Droits de l’homme américain qui s’occupe du couple, L’Agence Chine Nouvelle a déclaré vendredi que Liu Xia était « une femme libre » et qu’elle « évitait délibérément ses amis pour faire son deuil en paix » ! Le porte-parole du gouvernement, Zhang, a répété la même chose samedi, en annonçant la crémation : « Liu Xia est libre » a-t-il dit à Reuters mais sans indiquer où elle se trouvait. « Je suis certain que le ministère concerné protégera les droits de Liu Xia en conformité avec la loi », a-t-il ajouté devant l'AFP. Dans l’état « d’affliction » qui est le sien, elle « ne désire pas trop de contact avec l’extérieur ».

C’est évidemment une « sinistre farce », selon l’avocat. « Que le gouvernement chinois puisse penser qu’on va gober une telle allégation – qu’elle a du chagrin et qu’elle ne veut pas être dérangée -, me laisse pantois. Allons, c’est parfaitement ridicule. Nous connaissons tous la vérité. Elle a été placée en résidence surveillée pendant sept ans et, après la mort de son mari, cela ne suffit encore pas au gouvernement chinois. »

Dans le même temps, les amis de Liu Xiaobo contredisent la thèse officielle. Hu Jia affirme qu’il ne connaît pas un seul d’entre eux qui ait pu se rendre à Shenyang. Shang Baojun, l’avocat de Liu Xiaobo, joint par téléphone, dit qu’il n’a pas pu assister aux funérailles : « je ne suis au courant de rien », ajoute-t-il en précisant qu’il ne lui est « pas facile de parler », euphémisme couramment employé par ceux qui sont contraints au silence par la pression des autorités.
Mo Zhixu, un autre proche de Liu Xiaobo, dit qu’il n’a reconnu aucun ami de celui-ci sur les photos diffusées dans la presse chinoise : « on ne pourra pas dire que l’Etat-Parti ne s’est pas donné de la peine pour jouer cette comédie ».
Le Global Times n’a pu s’empêcher, quant à lui, d’ajouter une agression brutale à l’infamie : Liu Xiaobo « était paranoïaque, naïf et arrogant, la société chinoise le rejette et le méprise », écrit-il. « La déification de Liu Xiaobo par l’Occident sera finalement éclipsée par le rejet que lui oppose la société chinoise », ajoute le tabloïd qui termine en fustigeant en Liu Xiaobo « un obstacle au développement » de la Chine.
Genser en appelle à la pression internationale pour aider Liu Xia à échapper au cauchemar kafkaïen qu’a été sa vie. J’ai le cœur brisé en pensant à elle. C’est horrible. Nous devons la sortir de là. Nous ne pouvons pas vivre dans un monde qui lui refuse la liberté. »

Liu Xiaobo cremated in 'private ceremony', amid fears for wife's safety The Guardian



le 16 juillet Une propagande orwellienne : il faut éviter un internement psychiatrique pour Liu Xia


Béatrice Desgranges a écrit:Une propagande orwellienne : il faut éviter un internement psychiatrique pour Liu Xia

16 JUIL. 2017 — Le gouvernement chinois est décidément sans vergogne. Après avoir précipitamment incinéré le corps de Liu Xiaobo, les autorités chinoises l’ont privé de sépulture pour éviter de donner à quiconque la possibilité de se recueillir sur sa tombe et d’en faire un lieu de pèlerinage. Elles joignent maintenant le mensonge au cynisme le plus abject. Jeter les cendres de Liu Xiaobo à la mer, c’était, affirment-elles, "respecter la coutume locale" ! il suffit pourtant de regarder une carte pour constater que Shenyang n’est pas une ville côtière…

Lors d’une brève conférence de presse à Shenyang, un porte-parole du gouvernement a affirmé que les proches de Liu Xiaobo avaient – de leur propre initiative -, choisi d’immerger ses cendres dans la mer, dans une urne biodégradable.

Liu Xiaoguang, l’un des frères de Liu Xiaobo, âgé de 68 ans, a opportunément abondé dans le sens des autorités qu’il a chaleureusement remerciées de leur sollicitude : « je voudrais, au nom de ma famille, exprimer mon immense gratitude au Parti communiste chinois et au gouvernement parce que tout ce qu’ils ont fait témoigne d’un haut niveau d’humanité et de souci personnel de ma famille ». Il a aussi affirmé que la famille avait décidé de disperser les cendres de Liu Xiaobo dans la mer, « en partie pour des raisons écologiques » ! Les morts tiennent trop de place en Chine, c’est bien connu. L’incinération, c’est mieux que l’inhumation et, si l’on peut faire l’économie d’un emplacement pour la sépulture, c’est encore mieux, évidemment !

Les amis de Liu Xiaobo et les défenseurs des Droits de l’homme pensent que le frère aîné de Liu Xiaobo a été contraint à cette déclaration mais il est possible que ce proche du Parti n’ait pas eu à se faire grande violence pour se prêter à cette mascarade. Il a déjà publiquement témoigné de son hostilité aux idées et aux actions du Prix Nobel de la Paix.

« C’est absolument diabolique, c’est une bande de gangsters », a réagi Liao Yiwu, l’auteur de "Dans l’Empire des ténèbres" et grand ami du couple, aujourd’hui réfugié à Berlin. « Ce régime est dément. Ils ont fait le pire qu’on puisse imaginer », ajoute Mo Zhixu, un autre ami de Liu Xiaobo. Quant à Ai Weiwei, il note que les autorités ont tout simplement voulu priver les amis de Liu Xiaobo d’un mémorial à sa personne et à ses idées : « c’est une comédie, une triste mais bien réelle comédie ».

Nicolas Bequelin, d’Amnesty International, qualifie cette conférence de presse de « spectacle grossier, cruel et impitoyable », destiné à masquer la responsabilité de Pékin dans la mort de Liu Xiaobo. Quant à Sophie Richardson, de Human Rights Watch, elle affirme qu’il est « très difficile d’imaginer, que dans les circonstances présentes, le frère de Liu Xiaobo ait pu refuser d’accéder à la pression des autorités. » Liu Xiaoguang a également imputé l’absence de Liu Xia à la conférence de presse à sa « grande faiblesse » (je pense qu’il vaudrait mieux traduire par « profonde affliction » mais je n’ai pas le texte chinois). Des photos de propagande la montrent néanmoins disant un dernier adieu à Liu Xiaobo pendant l’immersion de son urne funéraire.

Liu Xiaobo est le premier Prix Nobel de la Paix à mourir en détention depuis le pacifiste Carl von Ossietzky, mort en résidence surveillée après avoir passé des années dans les camps de concentration nazis, c’était en 1935 !

Dernière minute : j’apprends, en lisant L’Express, que le frère de Liu Xiaobo a déclaré que Liu Xia était tellement déprimée qu’elle pourrait « devoir être hospitalisée ». Ce n’est pas la première fois que les autorités essaient de procéder à l’internement psychiatrique de Liu Xia, nous devons tout faire pour l’empêcher !

Article associé : Liu Xiaobo: dissident's friends angry after hastily arranged sea burial


Le 18 juillet "les politiques et l'opinion publique du monde entier doivent tendre la main à Liu Xia" (Hu Jia)


Béatrice Desgranges a écrit:"les politiques et l'opinion publique du monde entier doivent tendre la main à Liu Xia" (Hu Jia)

18 JUIL. 2017 — Décidément, le régime chinois est d’une cruauté inouïe. Avec un parfait cynisme, après avoir invoqué « la coutume locale » pour justifier la précipitation avec laquelle le corps de Liu Xiaobo a été soustrait à ses proches, après avoir contraint sa veuve à immerger ses cendres, après avoir obtenu du frère-aîné de Liu Xiaobo qu’il désavoue le Prix Nobel de la Paix dans une conférence de presse, le porte-parole du gouvernement chinois demande que l’on respecte la douleur de Liu Xia et qu’on la laisse faire son deuil en paix !

Il sait parfaitement que la coutume, c’est une semaine entière de deuil avant la crémation, il sait parfaitement que la coutume, c’est qu’on place les cendres dans un cimetière ou qu’elles soient conservées par la famille… A ma connaissance, seuls Liu Shaoqi, après sa réhabilitation en 1980, et Deng Xiaoping, en 1997, ont vu leurs cendres jetées en mer « en accord avec leurs dernières volontés », semble-t-il. L’immersion est tout à fait contraire à la mentalité chinoise où le culte des morts occupe une place incommensurable avec celle qu’elle a en Occident. Qui plus est, je l'ai déjà dit, Shenyang est très loin de la mer !

Le gouvernement chinois affirme aussi que Liu Xia « est libre » mais elle est aujourd’hui privée de tout réconfort extérieur. Est-ce ainsi qu’elle est censée « faire son deuil en paix » ? Personne, parmi ses amis, n’a pu la joindre et personne ne peut dire où elle se trouve. Les journalistes qui ont tenté de se rendre chez elle en ont été empêchés par des policiers en civil et ils n’ont vu aucune lumière à ses fenêtres. Est-ce cela une « femme libre » ?

La grande crainte de ses amis est qu’elle ne décide de rejoindre son mari dans la mort. Littéralement séquestrée dans son appartement depuis 2010, longtemps privée même du droit de lire les lettres que Liu Xiaobo lui écrivait, Liu Xia, qui a perdu son père en 2016 et sa mère tout récemment, sans internet et sans téléphone, n’avait d’autre joie que de voir son mari une fois par mois à travers un guichet de verre. Encore ne pouvait-elle lui parler de la vie de recluse qu’elle menait ou des persécutions qu’endurait son frère, condamné à une lourde peine de prison après un procès truqué… Elle ne les lui a révélées qu’il y a quelques mois, bravant l’interdit des autorités au risque d’encourir de nouvelles brimades de leur part.

« Les ministères concernés feront en sorte que les droits de Liu Xia soient respectés en conformité avec la loi », a encore déclaré le porte-parole du gouvernement chinois. Mais la séquestrer pendant sept ans du seul fait qu’elle était l’épouse d’un dissident, alors qu’aucune charge n’a jamais pesé contre elle, qu’elle n’a jamais été jugée ni condamnée, était-ce déjà « respecter ses droits en conformité avec la loi » ?

On sait que la Chine pratique deux types d’assignation à résidence : la réclusion dans l’appartement de la victime, comme cela a été le cas pour Liu Xia depuis 2010, ou dans une résidence gardée secrète où elle disparaît purement et simplement. On sait aussi que l’internement psychiatrique fait partie du dispositif répressif du régime chinois.

Si les démocraties occidentales ne pèsent pas de tout leur poids pour obtenir la libération du Liu Xia, elles porteront le fardeau de leur silence et de leur lâcheté devant l’Histoire.

« Je pense que les politiques et l'opinion publique du monde entier doivent tendre la main à Liu Xia pour la sauver du désespoir », dit Hu Jia, prix Sakharov 2008. J’aimerais tant qu’il soit entendu !...

Article assoicéY a-t-il encore quelqu'un pour défendre les droits de l'homme ? Le Nouvel Obs en temps réel



Le 19 juillet Un Mémorial symbolique sans frontières pour Liu Xiaobo

Béatrice Desgranges a écrit:Un Mémorial symbolique sans frontières pour Liu Xiaobo


19 JUIL. 2017 — Le groupe d'action "Liberté pour Liu Xiaobo" dont je vous ai déjà suggéré de signer également la pétition, vient d'appeler à une action symbolique pour honorer la mémoire de Liu Xiaobo.

Je traduis le texte pour ceux qui ne comprennent pas l'anglais :

Voilà une semaine maintenant que Liu Xiaobo est décédé. Dans la tradition chinoise, c’est le jour où l’âme du défunt trouve la voie du retour en ce monde pour lui dire un adieu définitif. C’est pourquoi le corps ne peut être ni inhumé ni soumis à la crémation avant le huitième jour. En contraignant la famille à procéder à l’immersion des cendres de Liu Xiaobo au lendemain de sa mort, l’Etat chinois a cyniquement profané la tradition qu’il invoque.

C’est pourquoi les amis et les partisans de Liu Xiaobo appellent les hommes et les femmes du monde entier à participer à un Mémorial global :

1 – Placer une chaise vide si possible près de la mer ou au bord de l’eau (symbole de la chaise vide du Prix Nobel)
2 – Observer une minute de silence et s’incliner trois fois devant la chaise vide (geste de profond respect pour le mort dans la tradition chinoise)
3 – Dresser trois doigts, symbolisant la trilogie « résistance, liberté et espoir » qui résume le combat auquel Liu Xiaobo a consacré sa vie : « pour obtenir la liberté formelle, disait-il le 13 janvier 2000, il faut être prêt à combattre de manière effective ». Sa vie entière est à l’image de cette devise : du mouvement démocratique de 1989 à la création de Pen Center indépendant chinois et à la rédaction de la Charte 08, il s’est battu pendant trente ans pour une Chine sans haine, sans ennemi et sans mensonges. Les trois doigts levés de « résistance, liberté et espoir » sont le symbole de sa vie et de notre détermination à continuer son combat.

Vous pouvez vous prendre en photo, Individuellement ou en groupe, en faisant ce geste devant une chaise vide avec une offrande à Liu Xiaobo, une fleur, une bougie, une affiche, une photo… puis poster la photo sur un réseau social comme twitter, facebook, Instagram Wechat ou Weibo avec le mot-clef #withliuxiaobo

Le groupe d’action « Liberté pour Liu Xiaobo »

China's ocean burial of Liu Xiaobo backfires as activists stage sea protests



le 21 juillet Liu Xia, une "femme libre" ?

Béatrice Desgranges a écrit:Liu Xia, une "femme libre" ?

21 JUIL. 2017 — Quiconque oserait, dans un roman de politique-fiction, dire la vérité sur le sort que les autorités chinoises réservent à Liu Xia se verrait taxer de "simplisme" et d'"anti-communisme primaire" ! Et pourtant, jamais sans doute la Chine n'a manié avec un tel cynisme la "langue de bois", cette langue qui fait prendre la nuit pour le jour et l'oppression pour la liberté, cette langue du totalitarisme dont George Orwell a si bien analysé la nature !

Après avoir affirmé que Liu Xia était une "femme libre" et qu'elle désirait qu'on la laisse "faire son deuil en paix", le pouvoir l'a purement et simplement soustraite aux siens et au monde. On est sans nouvelles de Liu Xia depuis le 15 juillet, depuis ce triste jour où elle a été contrainte de procéder à l'immersion des cendres de Liu Xiaobo au mépris de toute humanité. Privée du droit sacré de rendre hommage à son mari défunt au septième jour de sa disparition, comme l'aurait voulu la tradition de l'adieu au monde, Liu Xia a été "voyagée", un néologisme qui dit la sordide réalité de ses "vacances" imposées. Et il faut prendre ici le mot "vacances" au sens propre du vide et de l'absence : Liu Xia a littéralement disparu au beau milieu de nulle part, vouée à l'oubli de tous par la volonté du Parti Communiste chinois !

Comme le dit Marie Holzman, signataire de cette pétition, seul "un appel commun de tous les plus grands leaders de la planète" pourrait contraindre Xi Jinping à libérer Liu Xia. Mais les leaders en question, qui tous aujourd'hui se prosternent devant l'empereur rouge - commerce mondial oblige -, ne le feront que sous la pression de leurs opinions publiques et la période des vacances n'est pas la meilleure pour les mobiliser. C'est pourquoi, au nom de LIu Xia, au nom des Droits de l'homme dont la France fut naguère le symbole, je vous demande à tous de relayer cette pétition auprès de vos amis et connaissances. Merci à tous !

Pékin veut faire disparaître la veuve de Liu Xiaobo


le 22 juillet Les affiches de Badiucao à Melbourne : premier mémorial de rue dédié à Liu Xiaobo[/color]

Béatrice Desgranges a écrit:Les affiches de Badiucao à Melbourne : premier mémorial de rue dédié à Liu Xiaobo

22 JUIL. 2017 — L’artiste chinois Badiucao, dont on ignore la véritable identité, est à l’origine du premier mémorial de rue dédié à Liu Xiaobo.
Ses œuvres, consacrées aux derniers jours de Liu Xiaobo et à sa femme Liu Xia, d’abord affichées dans Hosier Lane, à Melbourne, puis ailleurs en Australie et au Canada, le seront bientôt en Allemagne, en Nouvelle Zélande, aux Etats-Unis avec l’aide des internautes. L’artiste tentera aussi de les exposer à Hong Kong, au nez et à la barbe des partisans de Pékin qui ont de plus en plus barre sur l’île.

Badiucao n’aurait jamais cru déclencher une nouvelle forme de protestation collective quand il a placardé "The Patient of China" (Le malade de la Chine) sur un mur de cette ruelle de Melbourne mais, le lendemain, il a eu la surprise de découvrir un bouquet de fleurs devant son affiche : « Il y a eu de plus en plus de bouquets et de messages adressés à Liu Xiaobo les jours suivants. Et puis il y a eu des photos, des bougies… et même une présentation biographique sur Liu Xiaobo en chinois et en anglais. Cela m’a ému et j’ai réalisé que ces illustrations et la manière dont elles étaient affichées pouvaient constituer un formidable moyen pour commémorer Liu Xiaobo et pour soutenir Liu Xia partout dans le monde. »

L’artiste espère que la campagne de sensibilisation mondiale qu’il a lancée à travers Twitter, où il met ses œuvres gratuitement à la disposition des amis de Liu Xiaobo, pourra aider la communauté internationale à comprendre la réalité de la Chine.

"The Patient of China", qui est devenu l’avatar de bien des utilisateurs de Facebook après la mort du dissident, est inspiré d’une photo de Liu Xiaobo tenant Liu Xia par l’épaule à l’hôpital ; ils se regardant les yeux dans les yeux. L’artiste a simplifié leurs traits et a mis l’accent sur le pyjama rayé du malade et sur la couleur orange du T-shirt de Liu Xia. "Je crois, dit-il, que tout le monde peut reconnaître ce couple à ces deux indices, quelles que soient les manœuvres du Parti communiste chinois pour effacer toute trace de leur existence. Qui plus est, la simplicité et l’abstraction du dessin a aidé ces images à contourner la Grande Muraille électronique qui filtre Internet en Chine."

Après l'image de Liu Xiaobo enlaçant Liu Xia, l'artiste, que je suis sur Twitter, l'a montré s'envolant au ciel puis c'est la "Grande Vague" d'Hokusai qu'il a détournée pour figurer la dispersion de ses cendres dans la mer. Et la foule est toujours plus nombreuse à s'arrêter devant ces affiches, preuve, s'il en était besoin, que la campagne d'affichage que nous demandons à Mme Hidalgo est un moyen de mobilisation efficace. Partout dans le monde, des initiatives de ce genre ont eu lieu : projection du portrait de Liu Xiaobo sur la façade du quartier général de l'Armée Populaire de Libération à Hong Kong, défilé avec une chaise vide à Londres, mais RIEN à Paris ! Quand allez-vous réagir Mme Hidalgo, quand allez-vous vous souvenir des valeurs de la démocratie que Liu Xiaobo a défendues au péril de sa vie ?

Liu Xiaobo artwork hits world streets in latest form of protest
South China Morning Post
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

La propagande éhontée du Global Times

Messagepar laoshi » 31 Juil 2017, 10:22

Béatrice Desgranges, dans la mise-à-jour de sa pétition en date du 25 juillet, a écrit:
La propagande éhontée du Global Times

25 JUIL. 2017 — Le Rédacteur-en-chef du Global Times vient de poster sur Twitter, pourtant rigoureusement interdit aux internautes chinois (!), une vidéo abjecte de mise-en-garde à l’Occident, coupable, à ses yeux, de vouloir faire de Liu Xia, contre sa volonté, la « militante d’une cause erronée », à l’image de son mari, Liu Xiaobo dont il affirme sans vergogne déplorer la mort !

Il se garde bien de dire, évidemment, que personne, en Occident, n’a jamais demandé à Liu Xia de porter un tel fardeau. Il se garde bien de dire où est Liu Xia, que personne n’a pu joindre depuis le 13 juillet, et qu’on n’a ni vue ni entendue depuis le 15 juillet, jour de l’immersion des cendres de Liu Xiaobo au large de Dalian. Il se garde bien de dire que Liu Xia a clairement exprimé sur son désir de quitter la Chine, d’échapper enfin au cauchemar de la « vie grotesque » que lui impose le PCC !

Pour faire bonne mesure, il salit honteusement la mémoire de Liu Xiaobo dont il fait un « traître à la patrie », insulte suprême en Chine.

Voici la traduction intégrale de la vidéo :

« Bonjour à tous, je suis Hu Xijin, l’éditeur en chef du "Global Times", Les médias occidentaux sont en train de chercher à faire de Liu Xia, la veuve de Liu Xiaobo, une héroïne, une militante. Mais pour les Chinois ordinaires comme pour les chercheurs, cela n’est pas juste pour elle. Si Liu Xia voulait être une héroïne, comme son dernier mari, il n’y aurait pas de problème mais nous doutons vraiment que ce soit sa volonté réelle. La politique d’opposition de Liu Xiaobo n’a pas d’avenir dans une Chine stable qui se développe. Demandez à l’Amérique, à l’Allemagne, à l’Australie si elles croient vraiment que la Chine va s’effondrer. Alors que le président Trump augmente les dépenses militaires en voyant l’essor de la Chine, la réponse devrait être claire. Liu Xiaobo a gâché sa vie pour une cause perdue. Ne poussez pas sa femme à faire la même chose, s’il vous plaît. L’histoire n’honorera pas Liu Xiaobo comme un héros. Ce qu’on retiendra de lui, c’est qu’il a dit que la Chine avait besoin de subir une colonisation de 300 ans. C’est pour ses discours extrémistes qu’il était connu. Le peuple chinois accueille de manière bienveillante les débats constructifs, ceux qui ont des résultats positifs. Les médias occidentaux auront beau présenter Liu Xiaobo comme un saint, ses idées politiques trahissent le peuple chinois et ce n’est pas ce que l’on attend d’un authentique héros. L’idéologie politique occidentale n’a été qu’un engouement passager qui a exploité la naïveté d’une poignée d’intellectuels chinois ; ils ont gâché leur vie pour une mauvaise cause. Nous pleurons leur perte. »

Hu Xijin invoque à l’appui de son accusation ignoble les propos que Liu Xiaobo a tenus en 1988 sur Hong Kong : « s’il a fallu 100 ans de colonisation à Hong Kong pour être ce qu'elle est, il faudrait 300 ans de colonisation à la Chine pour devenir comme Hong Kong mais je ne suis pas sûr que 300 ans suffiraient »

De quoi est-il question dans ce jugement à l'emporte-pièce ? comme Lu Xun au début du 20° siècle, Liu Xiaobo raisonne en moraliste désabusé et en historien. Il déplore la patience avec laquelle le peuple chinois, nourri de confucianisme, se soumet à l’oppression. Après des millénaires de domination impériale, les Chinois ont littéralement "pris le pli" de la soumission, ils se sont "pliés" à un nouvel empereur, aussi cruel, voire plus cruel encore que ceux du passé ! Liu Xiaobo se demande donc comment ils pourraient prendre le pli inverse (ceux et celles qui ont l'habitude du repassage, savent qu'il est bien difficile de redresser un "faux-pli" !). Or il se trouve que Hong Kong, après 100 ans de colonisation britannique, a pris le goût de la démocratie.

La domination anglaise a beau être, comme toute entreprise coloniale, illégitime, elle a au moins eu deux mérites : elle a soustrait Hong Kong à toutes les tragédies qui ont ensanglanté la Chine continentale pendant tout le XXème siècle, de la guerre civile aux massacres de Tian'Anmen en passant par les violences de la réforme agraire, les campagnes anti-droitières, les 36 à 45 millions de morts du Grand Bond en avant, les millions de victimes de la Révolution Culturelle, la répression du mouvement du Mur de la Démocratie (1979)... Préservés de la dictature, les Hongkongais ont perdu le sens millénaire de la soumission que les Chinois du continent ont hérité de la domination impériale puis de la terreur maoïste. Paradoxalement, Hong Kong a bénéficié d'un phénomène d'acculturation démocratique, c'est tout ce que veut dire Liu Xiaobo ! Il arrive parfois en effet que les colonisateurs sèment, à leur corps défendant, des valeurs dont ils se montrent eux-mêmes indignes avec ceux qu'ils dominent.

Mais Liu Xiaobo a repris confiance dans le peuple chinois en voyant le formidable soutien que la population de Pékin a apporté aux étudiants de la Place Tian’Anmen en 1989. Il a compris que, derrière la servilité apparente de ses concitoyens, il restait un amour intact de la liberté, un espoir invincible de la démocratie que rien, pas même la plus terrible des oppressions n’avait pu éradiqué. Hu Xijin se garde bien de le dire !
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

La dernière lettre d'amour de Liu Xiaobo à sa femme Liu Xia

Messagepar laoshi » 09 Août 2017, 17:48

Pour ceux qui n'ont pas suivi la mise-à-jour de ma pétition, je reprends les messages que j'ai publiés sur le site :

Béatrice Desgranges,le 29 juillet a écrit:
La dernière lettre d'amour de Liu Xiaobo à sa femme Liu Xia

29 JUIL. 2017 — La plupart des lettres que se sont écrites Liu Xiaobo et Liu Xia ont été confisquées par la police chinoise : entre 96 et 99, pendant qu'il était en camp de rééducation par le travail, elle lui a écrit "plus de 300 lettres et il lui a écrit entre 2 et 3 millions de mots" sans qu'ils puissent se lire l'un l'autre ; après l'attribution du Prix Nobel à son mari, Liu Xia s'est vu interdire pendant trois ans tout échange de correspondance avec lui. Leurs conversations, une fois par mois, au parloir de la prison, devaient se limiter à quelques banalités. Quand, en 2012, Liu Xia a voulu annoncer à Liu Xiaobo que Mo Yan avait reçu le Nobel de littérature, elle a été immédiatement empêchée de parler par les gardiens.

Même à l'article de la mort, Liu Xiaobo a continué, envers et contre tout, à écrire à sa femme. Voici la dernière lettre d’amour qu'il lui ait écrite, le 5 juillet 2017, huit jours avant de mourir. Elle évoque l’exposition de photos et de peintures que Liu Xia avait voulu organiser en juin 2013 et qui a été interdite officiellement par le Bureau de la Sécurité publique de Pékin ; car la persécution qu’endure Liu Xia ne touche pas seulement une épouse privée de ses droits les plus élémentaires bien qu’elle n’ait jamais été ni jugée ni condamnée à quelque peine que ce soit ; elle touche aussi l’artiste empêchée de s’exprimer. C’est l’univers graphique de cette œuvre interdite que restitue ici Liu Xiaobo (j'ai traduit la lettre à partir du texte anglais avec quelques incursions dans le texte chinois ; n'hésitez pas à me corriger si nécessaire !) ; vous y reconnaîtrez, bien sûr, les fantômes de la Place Tian'Anmen qui n'ont jamais cessé de hanter Liu Xiaobo :

« L’éloge que je fais de toi est peut-être un poison qui te sera difficilement pardonné.
C’est à la faible lumière de la lampe que tu m’as donné un vieil ordinateur, le premier que j’aie eu, peut-être un Pentium 586.
La pièce était minable mais elle était toute peuplée de nos regards d’amour.
Tu as sans doute lu le poème que j’avais écrit sur la folie douce de ma petite crevette [en chinois le mot xiā 虾, « crevette », est pratiquement homonyme de xiá 霞, le prénom de Liu Xia, qui signifie « nuages empourprés »] : elle me faisait cuire un gruau de riz et demandait de rédiger, en six minutes, le chant le plus désespéré que le monde ait jamais lu !
Une lampe à la lumière blafarde, une chambre misérable, une table à thé tout écaillée et la requête irréalisable de ma petite crevette. Ces choses se sont réunies comme les étoiles et les pierres qui, contre toute attente, sont en parfaite harmonie.
Depuis ce jour-là, je suis voué à l’adoration de ta poésie comme un ours polaire hibernant dans la blancheur infinie d’une neige profonde.
L’un après l’autre, les oiseaux passent devant mes yeux – quand on y a pris goût, on le garde toute sa vie. Les poèmes de ma petite crevette sont la confluence du froid et de l’obscur, tout juste comme le noir et blanc de ses photographies. Le désespoir conjugué au calme absolu devant la souffrance. Des enfants éperdus, des poitrines grandes ouvertes devant un rideau de fumée qui se dissipe. Une folle drapée de noir, peut-être inspirée de la veuve qui fut témoin de la résurrection de Jésus ou de la sorcière de Macbeth. Mais non, ce n’est ni l’une ni l’autre. Ce n’est qu’une brindille isolée, arrachée à la jungle foisonnante de la créativité de ma petite crevette ; une fleur de lotus blanche couverte de poussière sur un sombre horizon, dédiée à l’âme des morts.
Ce qui est tragique, c’est que sa première peinture m’a fait réaliser qu’elle n’achèverait jamais sa collection. Et ce que je regrette plus aujourd’hui, c’est de n’avoir pu consacrer une exposition à son œuvre « Poésie, peinture et photographie, le noir et le blanc enchevêtrés ».
L’amour est tranchant comme la glace, profond comme la nuit. Mon éloge grossier de ses poèmes, de ses photos et de sa peinture en est peut-être la profanation. Pardonne-moi, s’il te plaît, G.
G : ce n’est qu’après quelques jours que j’ai eu la force d’accomplir mon devoir. »

lien vers le texte chinois : https://theinitium.com/article/20170714 ... liuxiaobo/


Article mis en ligne : Dying in custody, a Nobel prize-winning Chinese dissident wrote this last love letter to his wife
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

rebaptiser Liu Xiaobo la place de l'ambassade de Chine ?

Messagepar laoshi » 09 Août 2017, 17:53

Béatrice Desgranges, le 31 juillet, a écrit:Washington menace de rebaptiser "Liu Xiaobo" la place de l'ambassade de Chine. Que fait Paris ?

31 JUIL. 2017 — On est toujours sans nouvelles de Liu Xia et Paris reste désespérément muet devant le sort qui lui est réservé. Sans doute Mme Hidalgo pense-t-elle que la manne touristique chinoise vaut bien quelques accommodements avec les Droits de l'homme et craint-elle que toute action en faveur de Liu Xia ne fasse "perdre la face" aux Chinois qui visitent la capitale... Les réactions des Chinois aux différents mémoriaux qui surgissent un peu partout dans le monde montrent qu'il n'en est rien. Si les ultra-nationalistes réagissent de manière agressive, comme ils l'ont fait à Sydney en arrachant les affiches de l'artiste Badiucao, la plupart d'entre eux sont d'abord et avant tout curieux de savoir qui est Liu Xiaobo. La plupart des Chinois savent bien en effet qu'ils vivent dans un pays d'où la vérité est bannie et ils attendent de la France qu'elle soit à la hauteur des valeurs qu'elle proclame. L'exemple du projet de loi de Ted Cruz montre que seul l'engagement déterminé des démocraties pour la libération de Liu Xia pourrait faire bouger les choses.

Le régime chinois prend en effet très au sérieux la menace de voir une « Place Liu Xiaobo » face à l’ambassade de Chine à Washington, un projet de loi introduit par le sénateur Ted Cruz au Congrès. Le ministre des affaires étrangères chinois Yang Jieshi a soulevé la question avec le secrétaire d’Etat Rex Tillerson ; Yang Jieshi a pressé l’administration Trump de peser sur des membres-clefs du Congrès et de s’engager publiquement sur un veto présidentiel. Yang a expliqué à Tillerson qu’un tel geste compromettrait sérieusement la coopération sino-américaine sur des questions majeures (on pense, bien sûr, à la Corée du Nord), ce à quoi le secrétaire d’Etat américain a répondu que le gouvernement chinois devait engager des pourparlers sur la situation de Liu Xia.
Dans une interview, le sénateur Cruz a rejeté les objections de Pékin et a déclaré qu’il discutait avec la direction sénatoriale pour l’adoption de sa proposition de loi : « je suis heureux de voir qu’elle a retenu l’attention des Chinois, a-t-il déclaré, et je le serai plus encore quand je saurai qu’ils ont cessé de violer les droits de l’homme de manière flagrante. »
Le sénateur Cruz a conçu son projet de loi sur l’exemple d’une décision du Congrès de 1984, en pleine Guerre Froide, celle de rebaptiser « Sakharov » la rue passant devant l’ambassade soviétique, du nom du prix Nobel de la Paix 1975, Andreï Sakharov, arrêté en 1980 et condamné à la déportation jusqu’en 1986.
Pour le gouvernement chinois, toute reconnaissance internationale de la vie ou de l’œuvre de Liu Xiaobo est vue comme une ingérence dans les affaires intérieures du pays et comme un défi direct au régime communiste : « tout ce qui porterait le nom de Liu Xiaobo serait considéré comme un défi constant, quotidien et comme un affront à la Chine et à Xi Jinping », affirme Bonnie Glaser, maître de conférences à l’Institut des Etudes stratégiques et internationales. Il n’y a aucune tolérance possible pour un dissident du genre de Liu Xiaobo dans la Chine de Xi Jinping. Xi Jinping ne peut accepter de céder à la pression des Etats-Unis sur les questions mettant directement en cause l’hégémonie du Parti communiste sur la Chine mais il y a des précédents qui pourraient l’inciter à quelque souplesse en ce qui concerne Liu Xia. En 2012, Pékin a autorisé l’avocat des droits de l’homme Cheng Guangcheng à quitter la Chine avec sa famille pour les USA après d’intenses négociations avec l’administration Obama. Liu Xia n’est pas une dissidente, c’est seulement la veuve d’un dissident, ce qui rend la persécution dont elle est l’objet encore plus monstrueuse. Si l’administration Trump continue à exercer une pression sur Pékin, une négociation pourrait s’ensuivre. Mais tant que Liu Xia restera prisonnière du régime chinois, les appels internationaux pour sa libération et les actions d’hommage à Liu Xiaobo ne feront que s’amplifier. »

article associé Trump administration quietly pressing China to free Liu Xiaobo’s widow
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Précédent

Retour vers j'écris ton nom... LIBERTE

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron