la poésie de la dynastie Tang

proposez ici les poèmes chinois que vous aimez, si possible avec le texte original, le pinyin et la traduction

Wang Wei : Le Lac

Messagepar laoshi » 07 Mars 2013, 07:09



王维


吹箫凌极
日暮送夫君

青山白云


[yī hú

wáng wéi

chuī xiāo líng jí pǔ,
rì mù sòng fū jūn.
hú shàng yī huí shǒu,
qīng shān juǎn bái yún.]

Le Lac I

Wang Wei

Soufflant dans ma flûte, face au couchant,
J'accompagne mon seigneur jusqu'à la berge.
Sur le lac, se retourner un instant :
Mont vert, entouré de nuages blancs.


Image
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3616
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Re: la poésie de la dynastie Tang

Messagepar mandarine » 10 Mars 2013, 10:16

C'est bien beau ,merci , Laoshi.
Les autorités de votre pays,qui elles aussi pensent forcément à leurs intérêts,ne manqueront pas de comprendre combien le type de célébrité que leur vaut la persécution de personnes telles que vous les dessert Vaclav Havel à Liu Xiaobo
Avatar de l’utilisateur
mandarine
 
Messages: 1833
Inscrit le: 08 Juil 2011, 21:44
Localisation: reims

Une aurore de printemps

Messagepar laoshi » 08 Jan 2017, 11:30

Voici un très beau poème de 孟浩 [mèng hào rán] Meng Haoran (689—740):

chūnxiǎo



Aurore de printemps


chūn mián bú jué xiǎo,
Somnolent (un matin de) printemps, je n'ai pas vu (poindre) l'aurore


处 处 闻 啼
chù chù wén tí niǎo
(mais déjà) alentour j'entends chanter les oiseaux



yè lái fēnɡ yǔ shēnɡ,
Cette nuit, c'était le tumulte de la pluie et du vent qui me venait

知 多
huā luò zhī duō shǎo
Allez savoir combien de fleurs sont tombées

Ce beau poème est fondé sur une expérience toute simple, que chacun d'entre nous a sans doute faite : le poète s'est endormi au petit matin après une nuit de tempête et d'insomnie ; or, contre toute attente, à son réveil, le chant des oiseaux, annonçant l'aurore, a chassé le vacarme nocturne comme par magie. Le poète évoque sans doute aussi par là l'aube de l'année, le jour de la Fête du Printemps. Mais le sens du poème est aussi symbolique : fēnɡ yǔ, le vent et la pluie, ce sont aussi les tourments de l'existence, les aléas de la vie... Dès lors le dernier vers prend une teinte discrètement dramatique.

Ce quatrain, très expressif, a la structure canonique du jueju dans laquelle le premier vers introduit le thème, le deuxième l'amplifie et le renforce, le troisième amorce un tournant conduisant à la conclusion du quatrième vers.
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3616
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Précédent

Retour vers la poésie chinoise

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron