Aux morts sans nom de Tian'Anmen et à tous les autres

Merci de lire les règles du forum avant de poster un message !
Posez ici toutes vos questions techniques

Aux morts sans nom de Tian'Anmen et à tous les autres

Messagepar laoshi » 07 Juil 2011, 16:46

L'idée de ce forum m'a été inspirée par l'action d'Ai Weiwei, l'architecte "disparu" après que les "promenades du jasmin" eurent mis les autorités en émoi et libéré à la veille du récent voyage de Wen Jiabao en Angleterre et en Allemagne. Ai Weiwei avait décidé de donner un nom à chacune des petites victimes du tremblement de terre du Sichuan dont le régime aurait bien voulu ne plus entendre parler. Elle m'a rappelé le beau poème d'Eluard, Liberté, où les mots "j'écris ton nom" reviennent en un leitmotiv obsédant et que j'ai voulu dédier aux morts de Tian'Anmen dont on ne saura peut-être jamais le nom. Je vous propose donc d'écrire ici, avec moi, le nom de toutes les victimes de la répression dont vous apprenez le nom...

Beaucoup pourtant, sont morts sans nom. On ne saura sans doute jamais qui était ce jeune homme qui arrêta pendant quelques instants une colonne de chars en route pour la place Tian'Anmen (la porte de la paix du ciel) en juin 1989. Alors des milliers d’étudiants pékinois campaient depuis le 15 avril 1989 sur cette immense place pour exiger des réformes démocratiques, le régime communiste, tenu d’une main de fer par Deng Xiaoping, décidait d’en finir avec « les émeutiers » ; bien que les soldats aient, à plusieurs reprises, fraternisé avec les étudiants, les massacres furent terribles : entre 2600 et 3000 morts selon la Croix Rouge, chiffres terribles et invérifiables dans l'état actuel des choses... Les mères de la Place Tian'Anmen, qui se battent pour faire reconnaître l'existence de leurs enfants morts, ont, pour l'heure, recueilli 180 noms malgré toutes les pressions que le régime exerce sur les parents des disparus pour les empêcher de parler.

En hommage à tous ces morts anonymes, je dédie ce poème beau d'Eluard chanté par Hélène Martin :

laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

"le 35° jour du 5° mois"

Messagepar laoshi » 08 Juil 2011, 12:38

Pour voir comment l'anniversaire des 22 ans du massacre a été commémoré malgré la censure, vous pouvez lire ce blog. Pour déjouer la censure, les internautes ont inventé la date du 35 mai qui apparaît sur cette image : 五月十三五日 signifie littéralement "le cinquième mois, le 35 ° jour" => "le 35° jour du 5° mois"
Image

Contrairement à ce que dit l'auteur du blog, cette image n'a sans doute rien à voir avec le scandale du lait contaminé : comme on l'apprend dans Beijing Coma, la bouteille évoque tout simplement Deng Xiaoping ; le spécificatif de la bouteille étant "ping", Deng Xiaoping, qui a organisé la répression, était régulièrement représenté, sur la Place Tian'Anmen, par une bouteille ; ici, la bouteille est à la fois renversée, ce qui est une manière de détrôner le bourreau, et elle apparaît clairement comme une sorte de fusil abattant non pas un cerf, animal adulte, mais un faon sans défense, emblème de ces jeunes étudiants auxquels les autorités ont fait la chasse.
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Yahoo complice de la répression

Messagepar laoshi » 22 Sep 2011, 16:12

Liu Xiaobo l'avait déjà dénoncé dans une superbe lettre ouverte, Yahoo s'est fait sans vergogne le complice de la répression en fournissant aux autorités les données nécessaires à l'identification des internautes dissidents.

Le journaliste Shi Tao a ainsi été condamné en 2005 à 10 ans de prison pour avoir divulgué sur internet une consigne du PCC interdisant d'évoquer l'anniversaire des massacres de Tian'anmen.

D'autres dissidents sont dans le même cas. Après Wang Xiaoning, lui aussi condamné à 10 ans de prison pour les mêmes raisons, la mère de Shi Tao attaque Yahoo en justice pour violation des Droits de l'Homme.

Yahoo reconnaît les faits, il invoque un seul argument pour sa défense : c'était pour lui la seule possibilité de continuer à faire des affaires en Chine !
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

le pictogramme réinventé

Messagepar laoshi » 17 Oct 2011, 15:47

Les recherches que je fais pour mon bestiaire de la langue me sont décidément bien utiles ; je crois pouvoir comprendre, maintenant, le sens complet de ce badge commémorant les massacres du 4 juin. Je ne partage pas, en effet, l'explication de Renaud de Spens :

Renaud de Spens sur Sinomédia.info le 4 juin 2011 a écrit:
Image

La bouteille et le jeune cerf mort composent une sorte d’idéogramme qui fait référence au l’affaire du lait infantile contaminé à la mélamine, en 2008. Le nom de la principale entreprise d'Etat incriminée, Sanlu, veut en effet dire “trois cerfs” en chinois. Le lien entre ce scandale immense qui a discrédité le gouvernement chinois dans l’opinion et la commémoration du massacre de Tian’anmen est très signifiant. C’est en effet au moment où il a éclaté que l’opinion consensuelle, selon laquelle le régime avait permis la stabilité et la prospérité du pays (au prix de l'absence de réforme politique), a commencé à s'effriter.


J'ai déjà expliqué, références à l'appui, plus haut, le sens de la bouteille, qui symbolise Deng Xiaoping ; l'animal à terre est , à l'évidence, un jeune daim or un proverbe chinois dit que [lóngdòu hǔ shāng kǔ le xiǎo zhāng], littéralement : "le petit daim pâtit de la lutte entre le dragon et le tigre", autrement dit, "les petites gens sont victimes de la lutte des grands". On peut dire que les étudiants chinois ont été victimes en effet des luttes de factions entre la ligne dure et la ligne "réformiste" du PCC.

Les jeunes contestataires se servent donc du caractère symbolique de l'écriture chinoise : ils renouent avec ses origines pictographiques pour construire le sens de leur message ; l'explication de Renaud de Spens n'est cependant pas à exclure totalement puisque le sens symbolique d'une image est toujours "surdéterminé", autrement dit, pluriel... Je pense néanmoins que, dans l'esprit du concepteur du badge, c'est bien le proverbe et la bouteille qui font sens...

Comme nous l'avait appris Tong.Z sur CI, l'allusion et le recours aux jeux de mots sont au fondement même de la lutte contre la répression ; outre l'utilisation du passé pour ironiser sur le présent, que j'ai analysée ailleurs,
, , [hán shā shèyǐng], littéralement "la bouche pleine de sable, en projeter sur les passants", c'est-à-dire procéder par allusions, et 式暗 [zhōngguóshì àn yǚ] "se servir d'un langage codé à la mode chinoise" , sont des méthodes éprouvées pour contourner la censure...
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Tian'Anmen, mémoire interdite

Messagepar laoshi » 09 Déc 2011, 14:47

Dans Tian'Anmen : 20 ans de tabou, Arte propose une série de reportages passionnants sur Tian'Amen

d'abord un reportage passionnant sur les étudiants chinois qui réfléchissent, vingt ans après, sur les conditions qui leur sont faites et qui les empêchent de développer leur esprit critique.

ensuite une série d'interviews des grévistes de la faim de Tian'Anmen :

celle de Liu Xiaobo réalisée en 2008, avant qu'il ne soit plus possible de lui parler. C'est une belle réponse à ceux qui l'accusent d'avoir incité les étudiants à se révolter et de les avoir ensuite abandonnés aux balles de la répression tandis qu'il s'en tirait à bon compte.

Après les premières fussillades, Liu Xiaobo a au contraire eu le courage d'aller, avec trois de ses camarades, négocier avec les autorités militaires. Grâce à cette intervention, les étudiants ont été autorisés à quitter la place Tian'Anmen de manière pacifique. Son ami ajoute d'ailleurs, dans le reportage suivant, que les massacres n'ont pas eu lieu sur la place mais dans les rues adjacentes où la population faisait tout son possible pour ralentir la progression de l'armée :

Je vous donne ci-desous le verbatim de la traduction de l'interview de Liu Xiaobo.


Liu Xiaobo en 2008 a écrit:
Très jeune, j'ai découvert la littérature française, j'ai lu J'accuse de Zola ; quand j'étais encore au lycée, j'étais déjà déterminé, pas tout de suite à m'opposer au gouvernement mais à défendre des choses très évidentes pour moi : être quelqu'un de vrai, de digne, quelqu'un qui se respecte ; si on veut être quelqu'un comme ça en Chine, un intellectuel qui a le courage de ses opinions, c'est inévitable d'entrer en conflit avec le système.
On a été les quatre derniers grévistes de la faim sur la place Tian'Anmen ; on avait commencé le 2 juin, au pied du monument aux Martyrs de la Révolution. Dans la nuit du 4 juin, quand l'armée a encerclé toute la place, on est allé négocier. Vivre en Chine, c'est comme ça, il faut être prêt à payer un prix très lourd. Mais si je n'avais pas choisi cette vie dangereuse et difficile, je devrais payer autrement, je serais obligé de dire des mensonges.
Les gens que je fréquente, j'ai remarqué qu'ils avaient tous fini par apprendre la vérité sur 1989, y compris les jeunes nés dans les années 70 et 80, qui étaient écoliers ou lycéens quand ça s'est passé. Maintenant, avec l'apparition d'Internet, ceux qui connaissent la vérité historique sont de plus en plus nombreux.
La vie matérielle des Chinois s'est beaucoup améliorée depuis le temps de Mao et les années 80. Mais dans toute société, il y a des gens qui ne se contentent pas de la richesse matérielle, des gens qui sont prêts à accepter d'être pauvres, pour ne pas faire l'impasse sur leur vie spirituelle. J'ai des amis d'enfance qui sont devenus riches, ils ont de grands appartements, de belles voitures, mais pourtant c'est difficile de dire qu'ils vivent mieux que moi.

J'ai été particulièrement sensible à cette référence à Zola, un auteur que j'adore. Elle montre que les idées de justice et de liberté n'ont pas de frontière et qu'il n'est pas besoin d'imaginer je ne sais quel complot occidental des "messieurs d'Oslo" pour qu'elles fassent leur chemin en Chine comme ailleurs.

Suivent les interviews de

Zhou Duo, chercheur en sciences politiques, gréviste de la faim à Tian'Anmen

Zhang Zuhua, rédacteur de la charte 08 avec Liu Xiaobo et responsable de China Human Rights Defenders,

Lou Ye, qui étudiait le cinéma à Pékin en 1989 et qui, quinze ans plus tard, s’est décidé à tourner le film qu’il portait dans son cœur depuis ses débuts : Yihe Yuan, Une jeunesse chinoise qui a manqué la palme d'or du fait des pressions du gouvernement chinois ;

Ding Zilin, professeur de philosophie et communiste loyale, dont le fils Jiang Jielan, 17 ans, a été une des premières victimes de la répression

Gao Yu, journaliste, qui atenté de préparer avec les étudiants une évacuation négociée de la place Tian Anmen. Après 15 mois de prison, elle est de nouveau arrêtée en 1993, condamnée pour « divulgation de secrets d’Etat », elle a passé cinq ans et quatre mois en prison. En 1997, l’Unesco lui a décerné le Prix mondial de la liberté de la presse.

Liu Hua renversé par un un char fonçant sur la foule. Après une semaine de coma, il s’est réveillé amputé d’un bras.

Gao Hongming, un citoyen ordinaire qui a pris son vélo le 4 juin au matin, “pour voir”, et qui a été ulcéré de voir des soldats chinois tirer sur des civils chinois. Engagé sur la voie du "mouvement démocratique" après ces événements, il fera huit ans de prison.

Han Dongfang, qui était était électricien à la SNCF chinoise, a fondé le premier (et seul à ce jour) syndicat indépendant de la Chine populaire : la Fédération autonome des travailleurs chinois . Après deux ans de prison, il a rejoint Hong-Kong, où il anime le China Labour Bulletin

Gao Qiang, 47 ans, et Gao Zhen, 53 ans, artistes

Ai Weiwei, que les lecteurs de ce forum connaissent bien

Bao Tong, le plus haut responsable à avoir été emprisonné (pendant sept ans), assigné à résidence puis surveillé 24 heures sur 24. Interdit dans tous les médias chinois
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Re: Aux morts sans nom de Tian'Anmen et à tous les autres

Messagepar mandarine » 09 Déc 2011, 20:49

j'ai pris le temps de visionner l'émission de ARTE , j'y ai retrouvé beaucoup de mes convictions dans les réponses de l'étudiante de la campagne
qui sait déjà que sa perspective d'avenir après un tel investissement sera un poste d'enseignant de bas niveau ou cadre de village...à la campagne

autrement dit , la campagne doit rester à la campagne sinon , qui pourrait-on y mettre , il n'y a plus de rééducation forcée ... quoique
elle n'a pas craint de souligner les différences entre la vie des citoyens des villes et ceux de la campagne et aussi du Tibet : je crains pour elle et son avenir d'avoir osé formuler de telles critiques , elle va finir enseignante au Tibet !

un étudiant explique très bien que la pression familiale sur l'enfant unique est terrible , confortée par les enseignants qui les apprennent à être obéissants en tout depuis leur plus tendre enfance , par la suite c'est la pression politique qui s'exerce; ils en arrivent à ne plus pouvoir penser par eux-même (formatés , lobotisés ?) pourtant , l'étudiant devine bien qu'il existe d'autres façons de penser

l'étudiant en Centrale de chine dit bien que le contrôle de l'état est partout et que les "questions sensibles" doivent être évitées : mais ! cela me rappelle quelque chose ..... ne serait-ce pas plutôt" sujet sensible" sur un site délocalisé ?
(j'autorise le modérateur de ce site à me censurer )
nota bene:
la lecture de cette vidéo a été entrecoupée d'arrêts successifs , je n'ai pu lire la seconde vidéo , dommage
je ne sais à quoi est du cette mauvaise lecture de la vidéo
Les autorités de votre pays,qui elles aussi pensent forcément à leurs intérêts,ne manqueront pas de comprendre combien le type de célébrité que leur vaut la persécution de personnes telles que vous les dessert Vaclav Havel à Liu Xiaobo
Avatar de l’utilisateur
mandarine
 
Messages: 1848
Inscrit le: 08 Juil 2011, 21:44
Localisation: reims

le panoptique universitaire

Messagepar laoshi » 10 Déc 2011, 13:51

J'ai beaucoup aimé (si l'on peut dire), moi aussi cette vidéo : je pense qu'elle donne une image fidèle des audaces et des timidités des étudiants qui cherchent à réfléchir par eux-mêmes dans un monde de surveillance étroite. La caméra qui surplombe le cours du professeur de fac fait froid dans le dos ; elle m'a irrésistiblement fait penser à La Vie des autres.

"Etre constamment sous les yeux d'un inspecteur ôte la possibilité de faire le mal et presque la pensée de le vouloir", disait Jeremy Bentham, l'inventeur du Panopticon, de cette prison-modèle dans laquelle le détenu, éclairé 24 h sur 24, restait toujours sous la vue d'un surveillant quant à lui invisible.

La société chinoise demeure, en ce sens, un formidable "panoptique" , un dispositif de visibilité intégrale, où il faut un courage inouï pour penser et, plus encore, pour s'exprimer. La surpopulation des dortoirs universitaires est aussi un outil d'une efficacité redoutable : comment savoir si le camarade de chambrée n'est pas un mouchard, ou, pour le dire comme les chinois, un
警鼠 [jǐng shǔ], un "rat circonspect", un indicateur ? (cf. le bestiaire de la langue). On comprend qu'il soit très difficile de développer des solidarités fortes entre étudiants : il faut d'abord surmonter des années d'endoctrinement et franchir la barrière psychologique de la méfiance.... Ceux qui y parviennent n'en ont que plus de mérite !
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Appel à manifester au Trocadéro le 3 juin à Paris

Messagepar laoshi » 01 Juin 2012, 20:33

Triste anniversaire pour "les âmes errantes" de Tian'anmen et pour les dissidents qui vivent encore en enfer. Le Comité de soutien à Liu Xiaobo appelle à manifester le 3 juin 2012, de 18 à 20 heures, sur le parvis des Droits de l’Homme du Trocadéro.

Communiqué de presse du comité de soutien à Liu Xiaobo, à l’occasion du 23ème anniversaire du massacre de Tian’Anmen

Image

Le 4 juin 1989 vers cinq heures du matin, il y a vingt-trois ans, les chars de l’armée chinoise pénétraient sur la place Tian’anmen. Plusieurs centaines de personnes, peut-être plus de mille, ont trouvé la mort, ce matin-là. Plusieurs milliers de manifestants ont été blessés par balles.

L’ouverture économique engagée au cours des années 80 par Deng Xiaoping n’a débouché sur aucune ouverture durable vers la démocratie, ni sur aucune remise en cause du monopole du pouvoir par le parti communiste. De très nombreux citoyens courageux qui ont voulu faire la lumière sur la réalité du massacre, exigé justice pour les victimes ou demandé la révision des verdicts de condamnation, ont perdu leur travail ou restent incarcérés.

Désespérant de n’obtenir aucune réponse aux demandes réitérées des familles de victimes, le père d’un manifestant s’est pendu le 26 mai dernier.

L’Etat ne tolère aucune critique et interdit à la société civile chinoise de s’exprimer librement. Les violations des droits humains sont quotidiennes : rééducation par le travail, détention arbitraire et torture des dissidents, internements psychiatriques, répression par incarcération ou par exécution des dissidents de minorités ethniques ou religieuses, contrôle du réseau Internet, harcèlements des avocats militants des droits civiques, assignations à résidence hors de tout fondement légal. Rappelons pour mémoire la condamnation du prix Nobel de la paix Liu Xiaobo à onze ans de prison.

Le 4 juin, à Paris, Hong Kong, Londres, New York, Francfort, et dans d’autres capitales du monde, des milliers de manifestants se rassembleront pour lutter contre l’oubli et pour exprimer leur indignation. Ils se réuniront aussi pour exiger la fin des persécutions à l’encontre des acteurs les plus courageux de la société civile et de leur famille, tels que Liu Xiaobo, Hu Jia, Gao Zhisheng et bien d’autres méconnus, pour obtenir le retour au pays des manifestants exilés depuis plus de vingt ans et la réforme du système politique pour l’instauration d’une Constitution démocratique en Chine.

Une manifestation aura lieu le 3 juin 2012, de 18 à 20 heures, sur le parvis des Droits de l’Homme du Trocadéro. Elle est organisée par le mouvement démocratique chinois, soutenu par Reporters sans frontières, la Ligue des Droits de l’Homme, Solidarité Chine, la Fédération internationale des ligues Droits de l’Homme (FIDH), Ensemble contre la Peine de Mort, Agir pour les Droits de l’Homme, Action catholique contre la Torture, Amnesty, France-Tibet et le Comité de soutien au peuple tibétain. Les participants sont encouragés à venir manifester habillés de noir, en hommage aux victimes de la Place Tian’anmen.

Une conférence de presse sera organisée par le Comité de soutien à Liu Xiaobo, le lundi 4 juin, à 10h30, dans les locaux de Reporters sans frontières, au 47, rue Vivienne, 75002 Paris. Le dissident chinois Zhang Jian, qui a reçu, au moment du massacre, trois balles tirées par des militaires, ouvrira la conférence de presse, qui sera suivie d’une déclaration des membres du Comité de soutien à Liu Xiaobo.
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

le sens du badge : la preuve par Beijing Coma

Messagepar laoshi » 01 Juin 2012, 21:38

Une citation de Beijing Coma confirme mon interprétation du badge représentant un daim et une bouteille :

Ma Jian dans Beijing coma, p. 524 de l'édition Par ailleurs a écrit:
Comme des daims qui se rassemblent au bord d’un lac pour boire, les étudiants se rassemblaient au Monument, ignorant que la Place était un terrain de chasse et que le Monument était l’appât.
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

les événements de Tian'Anmen racontés par M. X

Messagepar laoshi » 02 Juin 2012, 13:20

Voici une émission de France Inter réalisée pour le vingtième anniversaire du Printemps de Pékin, en 2009 :les événements de Tian'anmen racontés par M. X ; en une demi-heure, vous y apprendrez ou cromprendrez beaucoup de choses qui n'éclairent pas seulement le passé mais aussi le présent...

NB : comme d'habitude, un clic gauche pour écouter le fichier en ligne, un clic droit pour le télécharger...
laoshi
Avatar de l’utilisateur
laoshi
Administrateur
 
Messages: 3661
Inscrit le: 06 Juil 2011, 06:23

Suivant

Retour vers boîte à outils ou comment ça marche ?

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron